King’s game – Prenant, sombre et addictive

« 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort »

« Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un « King’s Game ». Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l’évidence : ils ont 24 heures pour s’exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort. Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ? »

L’histoire se déroule dans une classe de seconde au Japon. Nobuaki Kanazawa (oui oui comme le nom de l’auteur) et ses camarades de classe vont être confrontés au jeu du roi, un jeu connu dans le monde de la fête. Sauf que pour nos personnages, il ne s’agit pas du jeu du roi habituel puisque la classe entière se retrouve impliquée malgré elle dans ce jeu. Si les élèves ne s’acquittent pas de la tâche qui leur a été donnée, ils obtiennent un gage qui mène généralement… à la mort.

Nobuaki et ses camarades vont donc chercher à savoir qui est à l’origine du jeu. Malheureusement pour eux, ce jeu aura l’effet de semer le doute entre nos personnages en s’accusant les uns des autres. Bien que Nokuaki soit plutôt apprécié et respecté par ses pairs, il sera lui aussi soupçonné d’être le Roi.

Contrairement à d’autres romans où au début de l’histoire les auteurs prennent soin de bien nous décrire les personnages. Dans ce roman, l’auteur ne perd pas de temps. Dès les premières pages, le jeu débute. Les personnages sont décrits progressivement dans l’histoire. Cela nous permet de nous impliquer dans l’histoire dès le début du Roman. L’histoire nous garde en haleine jusqu’à la fin. Pour preuve, j’ai lu ce livre d’une traite et j’ai passé une nuit blanche à le finir.

Les élèves de la classe B sont typiquement décrits comme on a l’habitude de le voir dans la culture japonaise. Ils incarnent le stéréotype même des lycéens japonais : la fille populaire dont tout le monde a peur, la fille ronde et complexée, la fille qui ne parle à personne, la tête de Turc et sont bourreaux etc. Les caractéristiques des personnages ne sont pas originales, mais sont en harmonie avec l’histoire. J’ai beaucoup apprécié Nobuaki et son meilleur ami. Par contre, pour une raison que j’ignore, j’ai eu plus de mal à m’attacher à sa copine.

Les événements se déroulent très rapidement, ce qui ne nous laisse quasiment pas le temps de nous attacher à certains personnages. D’autant plus qu’il y a tout de même 32 élèves dont les noms sont difficiles à retenir surtout pour les personnes qui ne sont pas habituées aux noms japonais. Moi qui suis habitué à ce type de nom, j’ai tout de même eu du mal à me rappeler qui est qui à certains moments (le lire en une soirée m’a beaucoup aidé).

Parmi ces personnages, certains me sortaient littéralement par les yeux. Il m’arrivait de me demander « si tu étais à leur place, comment tu réagirais ? » et croyez-moi, certains choix faits par ses élèves étaient juste horribles.

Le récit est assez simple à comprendre et se lit rapidement. Ne vous fiez pas à l’aspect du roman qui est assez imposant, car les feuilles sont rigides et la police d’écriture est en gros caractère donc le roman se lit plutôt rapidement. J’avais des frissons par moments. Non pas que ce livre fasse peur, mais il nous tient tellement en haleine que l’on a du mal à quitter notre lecture.

Il y a beaucoup de mystère autour de cette histoire qui ravira les fans du genre. J’ai hâte de lire la suite ! Attention tout de même, je ne recommande pas ce roman au plus jeune, car certaines scènes sont assez gores.

Note : 4,5 + Coup de cœur

Auteur : Nobuaki Kanasawa

Type : Roman

Genre : Drame, mystère, psychologie

Date de parution : 2014

Éditeur : Lumen

Nombre de page : 410

Public averti : oui

Prix public 15 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s